Étiquettes

,

Après les dérapages sexuels de DSK, c’est Nicolas Sarkozy qui est en ligne de mire concernant ses exigences sexuelles dans le cadre de sa fonction. Une véritable bombe qu’a lancé Marie-Célie Guillaume, directrice de cabinet de Patrick Devedjian au Conseil général des Hauts-de-Seine, sur le plateau du Grand Journal de Canal + mercredi soir 13 juin.

Elle était invitée pour parler de son livre « Le monarque, son fils, son fief« , qui devait sortir en librairie le lendemain jeudi 14 juin (Editions du Moment). Un livre qui sous des apparences de fable politique, dresse un portrait au vitriol de Nicolas Sarkozy, présenté sous les traits de « Rocky » ou du « Monarque » : un homme cynique, brutal, pervers doublé d’un obsédé sexuel.

Ce livre révèle sur quelques lignes seulement une scène troublante, une « scène microscopique », minimise l’auteur, mais qui va déclencher un scandale.

La scène se déroule dans le bureau du président de la République. Nicolas Sarkozy attend une élue locale qui vient lui demander des subventions pour un musée. Lors de son arrivée, elle découvre le chef de l’État très excité sexuellement. Il lui aurait alors réclamé « une gâterie » :

« Sois gentille, tu vois bien que j’ai besoin de me détendre. Allez… C’est pas grand-chose. Tu ne peux pas me laisser comme ça !  » a-t-il imploré. L’acte sexuel qui s’ensuit aurait été « bref « , le « monarque », comme le surnomme l’auteur Marie-Célie Guillaume, « étant pressé », car il doit remettre la légion d’honneur à Isabelle Balkany, c’était le 30 janvier 2008, soit trois jours avant son mariage avec Carla Bruni !

Sur Canal + elle explique : « Tout le monde fait semblant et se voile la face. Ce sont des choses qui existent. Dans les milieux du pouvoir, certains hommes se permettent des choses. Toutes les femmes qui sont dans cet environnement sont exposées à des situations qui ne sont pas toujours très agréables et qu’elles doivent affronter. »

Essentiellement basé sur les coulisses de la guerre à droite entre Patrick Devedjian, baptisé « l’Arménien » dans le livre et l’ex-locataire de l’Élysée. L’auteur nous dépeint la chronique des règlements de compte (notamment à travers l’affaire de l’EHPAD) dans ce département, pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Marie-Célie Guillaume a mis des surnoms sur les protagonistes du roman, mais qui sont facilement reconnaissables. Ainsi Nicolas Sarkozy devient Rocky, Claude Guéant, Préfet Tigellin et Henri Guaino est surnommé Maitre Jourdain, les époux Balkany deviennent ainsi les Thénardier et Patrick Devedjian, c’est l’Arménien.

Par ce stratagème, elle voulait poser un regard distancié sur ces événements, qui ont été d’une extrême violence pour elle. Le Monarque, baptisé Rocky, s’est acharné sur une petite collaboratrice, « la baronne », Marie-Célie Guillaume en l’occurrence. Dans une interview à France Info hier jeudi, elle nous raconte : « Ce livre a été une façon pour moi de m’extraire de cette violence, en y jetant un regard satirique. Et la forme de la fable politique m’a permis d’atteindre ce but. » (voir vidéo ci-dessous)

D’après Marie-Célie Guillaume, les événements et dialogues rapportés dans le livre sont basés sur des faits. Elle a déclaré à l’hebdomadaire « Marianne », qu’elle avait fait l’objet d’insultes et de menaces dès lors que des articles au sujet de son livre ont été publiés dans la presse.

L’UMP redoute le scandale qui risque de se déclencher à la sortie de ce livre, alors qu’elle tente désespérément de sauver les meubles en vue du second tour des législatives ce 17 juin 2012.

Sources : Agora Vox, Wikipédia, Bakchich, Marianne,