Étiquettes

La preuve manuscrite du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 a été authentifiée par des juges. Sarkozy a bien reçu plusieurs dizaines de millions d’euros de Kadhafi pour sa campagne de 2007.

Sarkozy et Kadhafi: tope-la mon z'ami

Sarkozy et Kadhafi: tope-la mon ami…

Dès son premier voyage officiel en Libye en octobre 2005, Nicolas Sarkozy a demandé un appui financier à Mouammar Kadhafi lors d’une rencontre en tête-à-tête, selon Ziad Takieddine, présent sur place ce jour-là.

Peu après, Brice Hortefeux rencontrait secrètement Abdallah Senoussi, acteur clé de la corruption franco-libyenne, lors d’un déplacement à Tripoli. L’enquête des juges permet de reconstituer petit à petit la mise en place d’un financement occulte en 2007.

Ce sont les premières mailles d’un écheveau. Le moment où tout a commencé. Les juges chargés d’enquêter sur le document libyen publié par Mediapart sur le financement occulte du candidat de la droite en 2007 ont recueilli plusieurs témoignages sur le premier voyage officiel de Nicolas Sarkozy en Libye, en octobre 2005. Ce voyage a donné lieu à un tête-à-tête avec Mouammar Kadhafi, au cours duquel le ministre français a demandé sans détour, selon le témoignage du marchand d’armes Ziad Takieddine, un soutien financier pour sa campagne électorale.

L’ancien ambassadeur de France en Libye, Jean-Luc Sibiude, et l’intermédiaire franco-libanais ont évoqué tous deux l’existence de cette rencontre sans témoin.
Après des mois d’enquête dirigée par Interpol, l’étau se resserre autour d’un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Les preuves sont établies: l’ancien président de la République a bien reçu de l’argent du régime de Mouammar Kadhafi.

Le candidat Sarkozy aurait demandé 50 millions d’euros à l’ancien dictateur. Et le document qui le prouve a été authentifié par des experts judiciaires en écriture, « saisis collégialement par les juges René Cros et Emmanuelle Legrand ».

Ce document qui date de 2006, est signé Moussa Koussa, l’ancien chef des services secrets du régime Kadhafi. Ce dernier a bien procédé à la transaction avec Brice Hortefeux, par l’intermédiaire de Ziad Takieddine. L’homme d’affaires avait déjà déclaré qu’il jugeait cette note « crédible », estimant que « ce document prouve qu’on est en présence d’une affaire d’État, que ces 50 millions d’euros aient été versés ou non ».
Le 1er octobre dernier, Mediapart révélait que l’ancien chef de l’État actuellement en lice pour la présidence de l’UMP s’était rendu lui-même en Libye. Il aurait finalement obtenu 22 millions d’euros du tyran décédé en 2011.

Charles-Henri de Boncoeur pour les Infos du Jour